La revengeance des duchesses

Duchesses Carnaval Québec

« Je suis vivant, mais j’ai peur »

Pour ceux qui étaient absents au lancement de la Revengeance des Duchesses 2011, voici le projet que Vanessa Bell, Duchesse de Beauport, et moi-même, Duchesse de Lévis, avons présenté.
Malheureusement, vous n’aurez pas ici le son qui va avec les images; il s’agissait de l’album « Je suis vivant, mais j’ai peur » de Jacky Chalard. Les textes du photo-roman sont aussi tirés de ce dernier.








On remercie :
Jupon Pressé pour la robe et accessoire de notre mannequin,
Coiffure Le Saint,
Lili Rouge et Catherine Carré pour le maquillage,
Eumatimi pour le cœur de veau,
Émile Lévesque-Jalbert et Gabriel Morin Béland, nos figurants,
et Claudel Côté-Savard, notre superbe mannequin qui a passé la journée au froid!

Marion… Duchesse de lévis

La Traverse de Lévis

Toute bonne visite dans le plus merveilleux des duchés commence par un voyage en bateau sur la Traverse de Lévis. L’été, chaleur et grillade sur le dessus du traversier sont au rendez-vous. L’hiver, laisse-toi bercer par le bruit des glaces qui se fracassent ou, si tu es de type plus enjoué, rentre à l’intérieur pour entendre Marcel et son accordéon te jouer des airs typiquement québécois.


Une fois arrivé à Lévis, après un 15 minutes de tranquillité sur l’eau, ne descend pas tout de suite les escaliers ! Il se trouve au 2e étage un endroit mythique appelé Le Temple de la Paresse. Allez, entre, ne soit pas gêné ! Ici on retrouve Robert : lui, il a compris que, dans le vie, être stressé ça ne sert à rien. C’est pourquoi il fabrique des hamacs, chaises et lits suspendus dans ce même local, local qu’il adore car il ne vend pas beaucoup et peut encore plus profiter de sa paresse. Vas-y pour ta curiosité, pour paresser, parler avec Robert ou juste profiter du confort d’un hamac.

Maintenant tu peux descendre. À ta gauche, le restaurant de l’été, Le Capitaine. Je n’en dirai pas plus, l’image vaut mille saveurs.

Ensuite, qu’a-t-on à la sortie du traversier ? …Ma plus grande déception, une boutique érotique, pour nous représenter nous, les Lévisiens ??? On y voit des gens de tous âges et styles y entrer… C’est aussi à cet endroit que les gens vont payer leur stationnement.

On s’arrête donc sur cette réflexion aujourd’hui, à bientôt !

Les chouchous

Pour débuter, toute bonne duchesse de chouchou doit présenter ces chouchous avant son duché.

Vous avez ici Madame Mannequin, une légende de Beaumont.  Vieille de 79 ans, elle a atteint le stade de Sage. Reconnue pour ses conseils astucieux et sa méthode de travail pour traverser la rue sans se faire happer par une voiture.

Ensuite, Monsieur Hibashi, rescapé à la SPCA de Montréal, ayant survécu à 5 déménagements en moins de 2 ans, une évasion seul dans Limoilou pendant 2 semaines, une sortie de cage dans un wagon de train digne d’un prisonnier et une escapade d’une semaine sur la rue Bégin. Il a su attirer la curiosité et le mémérage entre chats dans tous les quartiers.

Madame Barbie, c’est la chatte qu’on dit la plus grosse de Lévis, les autres chats viennent de partout pour constater la chose, elle sort peu souvent, voulant conserver son anonymat.

Finalement, il y a Mademoiselle Soucoupe, chatte abandonnée dans le duché de St-Sauveur qui a su trouver refuge et amour chez moi. Refusant la vie en communauté et étant en crise d’adolescence et d’énergie, elle a par la suite décidé de rester avec son père dans le duché de St-Roch.

Lévis

Cher citoyen et non citoyen de Lévis,

tout au long de cette belle et heureuse aventure de la Revengeance des Duchesses, je tenterai de te faire découvrir les richesses que tu peux retrouver ici, dans mon beau et grand duché. Comme tu peux le constater sur cette carte, il s’agit d’un gros dossier que de couvrir 444 km² de pure beauté lévisienne et 136 997 gens exceptionnels, c’est pourquoi toute suggestion sera très appréciée. Je vais ainsi, par la photographie, vous faire visiter ce que je connais et apprécie de mon duché. Je ne te parlerai pas du traditionnel Chocolats Favoris, Aux petits oignons et Cie et non, non je n’éluciderai pas le mystère du pourquoi trois Tim Horton’s seulement dans l’arrondissement de Lévis. Je te ferai plutôt visiter activités culturelles, historiques, sportives, religieuses et gastronomiques. Je suis sûre que tu sauras y trouver de l’amour.

Duchesse de Lévis

Profession, hobbies :
Je suis une duchesse idéale : multifonctionnelle, j’ai une technique en Design de mode, un cours en photographie et j’étudie présentement en Design graphique à l’Université. Je travaille dans le meilleur restaurant “take-out” de sushis de tout le Québec entier à Lévis. De plus, je mets du rose dans ma vie en travaillant au Rose Bouton dans un autre magnifique quartier, le tout agrémenté de photographies afin d’être toujours bien occupée. Voilà ce qui résume le plus mes professions et hobbies… Oh ! mais j’ai oublié le plus important ! Je suis une admiratrice et matante à chats inconditionnelle que j’appelle plus personnellement des chouchous, terme qui peut aussi s’appliquer à toute autre belle bête d’amour mais qui, en premier lieu, décrit les félins.

Quand vous étiez enfant, vous rêviez de devenir…
Lorsque j’étais jeune, je rêvais de devenir célèbre en tant qu’actrice et aussi de m’occuper des animaux… Mais en pensant au fait que j’allais devoir les voir malades et blessés, j’ai vite changé d’idée pour préférer en avoir des milliers :) . Maintenant, je rêve de photographier la vie et de visiter le plus beau pays du monde, l’Islande.

Que seriez vous prête à faire pour devenir LA Reine
Faire une Anne-Marie Losique de moi-même et aller passer une journée à la ferme. M’engager à découvrir tous lieux ou faits pertinents que les gentils citoyens de Lévis me recommandent. Aller écouter de jolies histoires dans un centre pour personnes âgées et vous en faire un beau recueil ainsi que toute autre suggestion qui vous apporterait réconfort et ou sourire au visage.

Lévis
Mon quartier, c’est une longue histoire d’amour. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois le 18 février 1988, alors que je n’avais que quelques secondes de vie. Malheureusement, mes parents habitaient dans une jolie campagne : ainsi, j’ai dû me restreindre de fréquenter Monsieur Lévis. Il m’a accompagné dans mes premières crises de larmes de perdre papa et maman durant une journée à la garderie, de ma première entrée à l’école jusqu’à mes études d’adolescente. Puis un jour, j’ai dû sauter la clôture lors de mes secondes études et le quitter malgré toute sa beauté, sa vue sur le fleuve, son vieux Lévis coloré, ses petites boutiques cachées, son histoire et celle de mes ancêtres, la mienne. Cinq années ont passé, pensant à toute heure de la journée à l’un l’autre, se voyant dans un futur où nous serions tous les deux réunis. Cette année, j’ai fait le grand saut : lui et moi sommes maintenant un vrai couple et je le redécouvre. J’aimerais le partager, car Lévis, c’est mon amour.